top of page

L’impact de la lumière sur le sommeil des tout-petits


Jusqu’à l’âge de 2 mois, la lumière n’a quasiment aucune incidence sur le sommeil d’un bébé puisqu’il dort autant la journée que la nuit. C’est seulement entre 4 et 8 semaines, lorsque son horloge biologique va commencer à se mettre en place, que la lumière va commencer à jouer un véritable rôle.


Mettons-nous en situation

À partir de 8 semaines (et pour une durée indéfinie), il sera recommandé de mettre en place la pénombre pour la sieste, particulièrement si bébé est curieux et commence à être stimulé par le moindre rayon de lumière. La nuit, on opte pour le noir total. L’usage d’une veilleuse (dont l’intensité lumineuse sera limitée) ne se fera qu’autour de 2-3 ans, si et seulement si l’enfant manifeste une peur du noir. La lumière (et plus précisément son absence) joue un rôle clé au moment de l’endormissement mais pas seulement ! En effet, elle a aussi son importance dans la transition d’un cycle de sommeil à l’autre puisqu’elle pénètre à travers les paupières, passe par la rétine qui envoie un message au cerveau que celui-ci traduit comme étant l’heure de se lever : pas idéal si cela se passe au milieu de la nuit ! La pénombre ou le noir total pour la sieste comme pour la nuit sont donc essentiels.

La lumière bleue joue aussi un rôle dans l’endormissement. Celle-ci n’a rien à voir avec la couleur de la lumière mais plutôt avec une partie du spectre de la lumière blanche que l'on retrouve dans le soleil ainsi que dans les écrans. Elle inhibe la sécrétion de mélatonine – hormone du sommeil – empêchant l’enfant pour trouver le sommeil facilement.


Quand les saisons s’en mêlent…

Lorsque l’été approche, le plaisir de voir les jours rallonger peut se traduire par quelques difficultés au moment du coucher qui se fait habituellement entre 19h et 20h. Quelques ajustements peuvent alors se montrer bénéfiques. Ainsi, en fin de journée on limite l’exposition à la lumière pour arriver petit à petit dans une ambiance de moins en moins lumineuse au fur et à mesure des étapes de la routine du soir. Le déroulé pourrait alors être le suivant : après un moment dehors, on rentre diner à l’intérieur, puis bébé se détend, se calme, s’apaise dans un bain frais, avant d’entamer le rituel du coucher dans sa chambre éclairée d’une petite lumière tamisée avant l’extinction totale.

La luminothérapie peut aussi être d’une grande aide. Vous pouvez alors vous tourner vers des accessoires comme le simulateur de crépuscule Lumie Bedbug, une petite lampe de chevet qui diffuse une lumière orangée dans la chambre, invitant le corps à se laisser aller dans cette atmosphère de fin de journée. En programmant cette lampe, le niveau d’intensité lumineuse dans la chambre diminuera petit à petit au fil de votre rituel du coucher jusqu’à obtenir le noir total.


Pour retrouver des conditions optimales où que vous soyez

En vacances, chez des amis ou dans un nouveau logement en cours d’aménagement ? Si l’espace de sommeil de bébé n’a pas de rideaux occultants, de stores ou de volets vous pouvez opter pour le store Gro Anywhere à ventouses imaginé par la marque Tommy Tipee, une bonne alternative !


En bref, la lumière semble bien être l’une des pistes à explorer pour un coucher apaisé et des nuits douces pour toute la famille.




Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page