top of page

Pour qui le "terrible two" est-il vraiment terrible?

Vous êtes nombreux à nous parler de cette période parfois éprouvante et de son impact sur le sommeil de vos tout-petits.

Nous avons interrogé pour vous Stéphanie, fondatrice de Bambin 2 mains, formée en éducation positive.



Qu'est-ce que le "terrible 2"?


Cette fameuse "crise des 2 ans" peut démarrer aux alentours de 18 mois et se terminer aux environs de 3-4 ans.

Il s’agit de la période à laquelle votre tout-petit (qui n’en est justement plus un), va commencer à comprendre qu’il est un être à part entière. Alors qu’il faisait jusqu’à maintenant tout ce que vous souhaitiez, il va désormais commencer à exprimer ses préférences et ses choix.


C’est une période tout à fait normale pendant laquelle il construit sa propre identité.

Je suis cependant un peu mitigée sur ce terme de "terrible two" qui porte souvent à faire croire que l’enfant est capricieux et qu’il cherche à provoquer ses parents. En vérité, dû à l’immaturité de son cerveau, l’enfant subit une véritable tempête émotionnelle lors de ses "crises". Il n’y a donc pas que pour les parents que ce passage est "terrible", cette période est également un bouleversement émotionnel pour l’enfant. Et comme il ne sait pas encore mettre de mots sur ses émotions, il les exprime en pleurant, hurlant, tapant… Ce qu’il faut retenir, c’est que l’enfant n’a pas la volonté de nous nuire 😊 !


Bien sûr, il est parfaitement normal de se sentir décontenancé lorsque notre enfant manifeste, presque du jour au lendemain, son opposition.


Comment éviter quelques crises ?


=> Impliquer votre enfant dans les décisions à prendre

"Tu veux t'essuyer la bouche tout seul ou je le fais ?" "Dehors il fait chaud ou froid ?" "Et qu'est-ce que l'on met quand il fait chaud ?"

Cette méthode est, selon certains, assimilée à de la manipulation. Chacun en pense ce qu'il veut. Je trouve la méthode plutôt bonne dans le sens où cela évite de braquer l'enfant . On esquive une potentielle crise et un agacement des parents, bref, tout le monde est gagnant !

=> Prévenir en avance

On termine le puzzle en mousse et on sort du bain." "Ça y est, on sort du bain."

Privilégiez plutôt les actions concrètes plutôt que les "On sort du bain dans 5min" car les enfants n'ont pas trop la notion du temps.

=> Impliquer dans les actions du quotidien

Ils adorent ça ! "On trie les chaussettes ensemble ?" "Tu mets la table avec moi ?" "On fait un gâteau tous les 2 ?"

=> Expliquer les choses

On a souvent tendance à dire "Ne touche pas à ça", "Reste sur le trottoir". Oui, pour nous adultes, les raisons sont évidentes.

Mais pas pour nos enfants, expliquons leur !

"Le vase est fragile, il risque de casser", "Les voitures roulent sur la route, c'est dangereux".

Les enfants comprennent beaucoup de choses, et avec l'explication, parfois, ça passe mieux.

Logique, nous aussi on aime bien savoir pourquoi on ne doit pas faire ça ou ça 😉

=> Lâcher prise

Qu'est-ce qui est vraiment essentiel et qu'est-ce qui ne l'est pas ?! Dire "oui" un peu plus souvent peut détendre l'atmosphère pour tout le monde (lire la publication en question) : https://www.instagram.com/p/CNXkWY8BMxQ/?utm_medium=copy_link

Et non, ce n'est pas qu'une question de "il a gagné, il a eu ce qu'il voulait"


Comment réagir ?


=> Accepter

Première chose avant tout : accepter que son enfant puisse avoir son propre avis. Ce n'est plus un bébé et je ne pense pas que vous souhaitiez en faire une marionnette 😉

=> Se montrer empathique

Si vous lui dites qu'il s'énerve "pour rien", cela ne risque pas d'arranger la situation. N'hésitez pas à nommer ce qu'il ressent pour qu'il apprenne. "Je comprends que tu sois frustré de devoir quitter le parc de jeux".

=> Détourner l'attention

Faire rire, tourner les choses en jeu...

=> Être zen et présent

J'avoue ce n'est pas facile, on a plutôt tendance à s'énerver nous aussi dans ce genre de situations... Or, c'est tout le contraire qu'il faudrait faire. Une attitude calme appelle une attitude calme. De pus, en période de crise, l'isolement est plutôt à proscrire. Votre enfant a besoin de vous pour traverser sa tempête émotionnelle.


A savoir que les crises seront accentuées par d’autres besoins : la fatigue, la faim, le besoin d’être rassuré, une journée émotionnellement intense…

Il vaut donc mieux essayer d’anticiper un peu ses besoins, quand c’est possible 😉


Vous pourrez retrouver davantage de contenu sur son site internet https://bambin2mains.fr/ ainsi que sur son compte instagram https://www.instagram.com/bambin2mains/?hl=fr




523 vues0 commentaire

Comments


bottom of page