Le sommeil et les écrans : un cocktail détonnant


Il est de notoriété publique que les écrans ne sont pas de bon augure pour bénéficier d’un sommeil de qualité. En effet, ces derniers figurent parmi les principaux perturbateurs du sommeil en raison de plusieurs facteurs : le bruit laissant le cerveau en alerte, les ondes produites et la lumière bleue à laquelle les enfants de moins de 10 ans sont particulièrement sensibles.


La lumière bleue, qu’est-ce que c’est ?

Présente dans tous les écrans mais aussi tout simplement dans la lumière naturelle, la lumière bleue participe à réguler notre horloge interne. Ainsi, elle est utile le jour pour pouvoir synchroniser notre corps mais elle devient néfaste la nuit puisqu’elle perturbe la sécrétion de mélatonine (hormone du sommeil) qui est censée favoriser l’endormissement.


Les besoins en sommeil d’un enfant sont primordiaux et propres à chaque âge comme vous le rappelle le tableau ci-dessous. Il est donc important de ne pas laisser les écrans venir empiéter sur ce temps essentiel dans la vie de l’enfant.





Il a été noté que l’activité cérébrale face à un écran est similaire à celle en phase de sommeil or le développement du cerveau est lié au corps, à l’exploitation des 5 sens, au mouvement, à la découverte. Un écran ne permet pas à l’enfant de comprendre le monde qui l’entoure aussi bien qu’en s’y confrontant, à faire la différence entre fiction et réalité, mais aussi ne stimule pas les connexions neuronales comme elles devraient l’être. Le corps et le cerveau ont besoin d’être connectés pour se développer correctement, cependant les écrans délaissent complètement le corps. Différentes études ont montré que l’usage trop fréquent d’écrans entrave l’acquisition du langage, l’attention ou encore la capacité à créer du lien social.


Les recommandations concernant l’usage des écrans sont les suivantes :

- Avant 3 ans : pas d’écran