Le décalage horaire pendant les vacances

Famille expatriée ou simplement envie d’évasion, les projets de voyage s’accompagnent souvent de questionnements autour du décalage horaire et de l’impact de celui-ci sur le rythme et les nuits.


Bon à savoir : jusqu’à l’âge d’environ 4 mois, le décalage n’aura que peu d’incidence sur votre bébé. En effet, il ne se fie pour le moment qu’à son rythme interne. Jour ou nuit, les cycles ne sont pas encore clairs pour eux à cet âge.


Comment limiter concrètement son impact sur le sommeil de nos enfants ?


Avant le départ

Le plus important va être d’offrir le plus possible de moment de sommeil à votre enfant, aussi bien avant, pendant qu’après le voyage. Ainsi, vous préservez une bonne humeur pour tout le monde et limitez les réveils aux aurores ou au milieu de la nuit. Il n’est donc pas utile de modifier le rythme en amont du voyage, la seule adaptation éventuelle peut être de commencer à lui faire faire quelques siestes les semaines précédant votre départ dans le lit parapluie que vous avez prévu d’emmener avec vous pour lui permettre de se familiariser et de retrouver des conditions connues là où vous serez. Vous prendrez aussi en bagages à main quelques objets qu’il aime et qui lui permettront de retrouver une odeur qu’il aime et l’apaise.


En vol

Une fois à bord de l’avion (en ayant opté si possible pour un vol de nuit), offrez-lui une tenue confortable. Il y aura alors différentes façons de faire dormir votre enfant : certaines compagnies proposent des berceaux pour de longs vols, vous pouvez vous équiper d'un petit lit-coussin gonflable (Air Traveller), du lit 3 en 1 bedbox de JetKids, mais si votre bébé est amateur du porte-bébé ou de l’écharpe, associé au ronronnement de l’avion vous aurez là la recette parfaite pour lui faire rejoindre les bras de Morphée (solution aussi parfaite durant les escales).

Pensez à lui proposer de l’eau régulièrement pour pallier à l’atmosphère sèche de l’avion.


En vacances

Votre enfant aura besoin de 3 ou 4 jours environ pour s’adapter. La sieste vous sera d’une grande aide pour l’aider à se caler tout en limitant son épuisement. Dans un sens, vous pourrez le réveiller au milieu de celle-ci pour ne pas trop retarder l’heure du coucher du soir, dans l’autre vous l’inviterez à en faire une pour palier au réveil (très) matinal. Dans tous les cas, le coucher doit intervenir dès les premiers signes de fatigue.

Côté programme, il peut être bénéfique de prévoir un rythme plutôt tranquille pour les premiers jours afin de ne pas ajouter à sa fatigue. Il sera important de sortir profiter au maximum de l’extérieur car la lumière du soleil est la clé pour aider le corps à s’adapter à son nouveau rythme, en synchronisant son horloge interne avec la nouvelle heure locale.

Côté repas, essayez le plus possible de vous caler sur l’heure locale. Si votre enfant a vraiment faim en dehors de ces moments, offrez-lui un encas à grignoter.



N’oubliez pas le plus important : les vacances sont faites pour se détendre et les enfants ont une incroyable capacité d’adaptation ! Alors ne vous mettez pas la pression, offrez-vous des moments de calme qui appelleront au repos pour toute la famille et si le rythme change, il reviendra à la normale dès votre retour à la maison.


#decala